• Nous venons de passer 6 jours merveilleux au Cambodge, à Siem Reap, la ville moderne d'Angkor.

    Un lieu mythique, et mystérieux. Nous avons sillonné le site de long en large tous les matins, avec notre guide (indispensable si on veut comprendre un minimum de choses), et notre mini van climatisé (encore plus indispensable par 35° moites et humides). Les après midi, nous les passions à "récupérer", à l'ombre et au frais.

    Comme nous ne nous levions pas à 5h30 du matin, ni ne retournions à la tombée du jour en pleine canicule, la lumière était crue et nos photos ne sont pas les meilleures. De plus, rien ne ressemble plus à une vielle pierre...qu'une vieille pierre. Alors voici en bloc nos meilleures images...mais il est très difficile de rendre ici la grandeur de ces temples immenses dont l'âge d'or se situe au 12ème siècle.  

    Le plus majestueux de tous est Angkor Wat, emblème du Cambodge, avec ses douves et ses cinq tours,  et le plus grand monument hindouiste du monde.

    ANGKOR PLUS MIEUX

    ANGKOR PLUS MIEUX

    ANGKOR PLUS MIEUX

    ANGKOR PLUS MIEUXANGKOR PLUS MIEUX

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ANGKOR PLUS MIEUX  ANGKOR PLUS MIEUX

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Hindouiste à sa construction, il devient Bouddhiste au 16ème siècle lorsque le Bouddhisme devient la religion officielle. 

    ANGKOR PLUS MIEUXANGKOR PLUS MIEUX

     

     

     

     

     

     

     

    Angkor Thom est la ville royale qui comporte un palais, et de nombreux temples, dont le célèbre temple  Bayon et ses tours ornées de visages . Elle compta jusqu'à 1 million d'habitants: la plus grande ville du monde au début du 13ème siècle!

    ANGKOR PLUS MIEUXANGKOR PLUS MIEUX


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ANGKOR PLUS MIEUX

    ANGKOR PLUS MIEUX

    ANGKOR PLUS MIEUX

    Le plus charmant et spectaculaire est le Temple Ta Prohm, toujours envahi par les arbres ( les fromagers). La restauration s'est faite partiellement en maintenant la présence des arbres, qui font désormais partie de la structure. La nature reprend vite ses droits.

    ANGKOR PLUS MIEUXANGKOR PLUS MIEUX

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Enfin, le plus gracieux, miniature et finement ciselé, la Citadelle des Femmes, dont Malraux vola une statuette ....

    ANGKOR PLUS MIEUX

    ANGKOR PLUS MIEUXANGKOR PLUS MIEUX

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On est devenus incollables sur l'hindouisme et les réincarnations de Vishnu...au moins jusqu'à ....demain !

    ANGKOR PLUS MIEUX

     

     

    We just spent 6 wonderful days in Cambodia, in Siem Reap, the modern city of Angkor.

    A myhtical and mysterious place. We traveled along the site every morning with our guide (essential if you want to understand a minimum of things) and our air-conditioned minivan (even more essential by 95° F). 
    As we did not get up at 5:30 am, nor were returning on site for sunset, the light was raw and our photos are not the best ones. Moreover, nothing looks more like an old stone ... than an old stone. So here is our selection... but it's difficult to do justice to the magnitude of these temples whose Golden age occurred in the 12th century.

    The most majestic of all is Angkor Wat, Cambodia s emblem, and the largest Hindu monument in the world, until it was turned Buddhist in the 16th century.

    Angkor Thom is the royal city that presents a palace and many temples, including the famous Bayon temple. The city counted up to 1 million inhabitants: the largest city in the world in the late 12th century.

    The most charming temple is the Ta Prohm Temple, invaded by nature. Restoration was done partly by maintaining the presence of trees, which are now part of the structure. Several successful movies were shot on location here: Two Brothers, and Lara Croft in a different genre! 

    Finally, the most gracious, miniature and finely chiseled, Is the Women's Citadel, in which French author Malraux stole a statue that earned him 18 months in jail, years before he entered politics.

       

     


    3 commentaires
  • Nous avons passé près de 10 jours à Luang Prabang, ancienne cité royale, en savourant chaque minute.

    Le charme de Luang Prabang

    D'abord parce que mon père nous y a rejoint ( sans ma mère qui hélas a attrapé la grippe avant de partir). C'est la fête , nous sommes très heureux de ces retrouvailles au bout du monde.

    Le charme de Luang Prabang

    et ensuite parce que nous sommes tombés sous le charme de cette petite ville entourée de deux fleuves  que nous sillonnons à pied de long en large, pour découvrir ses ruelles arborées , ses ponts de bambou et ses maisons coloniales. 

    Le charme de Luang Prabang

     

    Le charme de Luang PrabangLe charme de Luang Prabang

     

     

     

     

     

     

    Il fait très chaud à partir de 14h et nous faisons un gros break sieste/CNED de 14 à 18h avant de ressortir.

    Le charme de Luang Prabang

    Les temples Bouddhistes sont très nombreux et somptueux.

     

    Le charme de Luang Prabang

    Le charme de Luang Prabang

    Le charme de Luang Prabang

    Feuilles d'or, marqueterie de miroirs multicolores, fresques murales...c'est splendide.

    Le charme de Luang PrabangLe charme de Luang Prabang

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous assistons à la procession des moines à l'aube, qui reçoivent leur nourriture quotidienne des mains des fidèles agenouillés sur leur passage....et découvrons avec tristesse que ce moment est devenu un enfer pour les moines, qui défilent comme sur le tapis rouge, sous une pluie de flashs, encerclés d'une nuée de touristes qui se pressent autour d'eux. Même pas envie de faire des photos...

    Le charme de Luang Prabang

    Le charme de Luang Prabang

     

     

     

     

     

     

    Nous avons passé un moment inoubliable avec des éléphants, notamment Maxi le bébé de 17 mois qui a attrapé Adé par la jambe. Lenteur et sagesse. Ces animaux sont touchants . Ils sont hélàs en train de disparaître et l'on estime que dans 50 ans il n'y en n'aura plus ( à part dans les Zoos).

    Le charme de Luang Prabang

    Le charme de Luang Prabang

    Le charme de Luang PrabangLe charme de Luang Prabang

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous partons découvrir les jolies cascades de Kouang Si

    Le charme de Luang PrabangLe charme de Luang Prabang

     

     

     

     

     

     

    Le charme de Luang Prabang

     

     

     

     

     

     

    Nous nous rendons en bateau aux grottes de Pak Ou, transformées en lieu de culte Bouddhiste.

    Le charme de Luang PrabangLe charme de Luang Prabang

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le charme de Luang Prabang    Nous sommes partis à regret de ce petit  paradis , où nous commencions à avoir nos habitudes ( surtout la tarte au citron de 21h ! juste après la partie de Président ou de Barbu )

     

     

                                  Fabienne

     

     

     

     

     

     


    We spent more than 10 days in the charming royal city of Luang Prabang and enjoyed every single minute of it.

    First because my Dad joined us, which was a great joy for all of us (my mother got the flu a few days before leaving)

    and secondly because we fell in love with this small town surrounded by two rivers, where we could wander around and discover its streets, bamboo bridges and colonial houses.

    We visited its many superb temples: gold leaves, inlaid colored mirrors, murals ...  
    We witnessed the procession of monks at dawn, who receive their daily food from the hands of the faithful kneeling on their way .... and sadly discovered that this has become "hell for the monks": to walk under a rain of flashes, surrounded by swarms of tourists who flock around them without respecting any sense of privacy.
    We had a memorable time with elephants, including baby Maxi 17 months old..
    These animals are moving and disappearing: it is estimated that in 50 years there will be no more éléphants in Laos (except in zoos).

    We visited the Pak Ou caves transformed in a Buddha temple and the beautiful Kouang Si Waterfalls.We left with regret this little paradise, where we had begun to have our habits (especially the lemon pie at 9pm, just after the cards game !

                                                                                             Fabienne

     

     

     


    7 commentaires
  • Nous poursuivons notre chemin vers le nord, en voiture puis en bateau vers Muong Noy, à la rencontre d’ethnies minoritaires. La densité touristique est inversement proportionnelle au dépaysement, absolu. Ce petit périple s’avère être un voyage dans le temps. 

    Les tribus du nordLes tribus du nord

     

     

     

     

     

     

    Les minorités du nord

     La lenteur du bateau donne le ton : il remonte le Nam Ou à contre-courant, se frayant des chemins de deux mètres de large entre les rochers affleurants. Le long de la berge, femmes et adolescentes sont courbées dans l’eau de la rivière pour en récupérer les algues qu’elles vendront une misère au village. Les chercheurs d’or leur font écho sur l’autre rive, le tamis à la main. L’électricité est fournie aux fermes en surplomb par les dynamos astucieusement assemblées avec du bois et des pierres puis un fil suspendu par des bambous qui tiennent par miracle.

    Les tribus du nordLes tribus du nord

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Arrivés au village, accessible uniquement par bateau, un sursaut de modernité nous surprend : partout le wifi et la téléphonie 3G. Pratique mais aux antipodes de la simplicité que viennent chercher les visiteurs. L’un d’entre eux nous le rappelle un peu trop fort après un peu trop de bières mais après tout il a raison. On débranche donc tout pendant 24 heures alors que nous poursuivons notre chemin vers deux villages à quatre heures de marche.

    Les tribus du nord

     

    On y retrouve les dynamos, des constructions dont on imagine que la mousson les détruit d’un souffle, des villages à 500 ans de notre confort mais dont la finesse de l’artisanat et  la profondeur des regards nous séduisent.

    Les tribus du nord 

     

    Les tribus du nord

    Les tribus du nordLes tribus du nord

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les tribus du nordLes tribus du nord

     

    Les étals sont chiches mais colorés. Les balais de feuillages y sont assemblés avec patience et dextérité. 

    Les tribus du nordLes tribus du nord

    Adélaïde et Fabienne s’essayent au métier à tisser. Gabriel y apprend à construire un révolver de bambou.

    Les tribus du nord   Le guide, Kao, partage avec lui ses projets de maison pour sa femme et ses parents, peaufine son anglais, lui rappelle qu’à quatorze ans les jeunes filles du village se marient et qu’il serait sans doute déjà père.


    Les tribus du nord

    Dans cette société loin de tout, la famille est plus proche que jamais, le village plus solitaire mais sans aucun doute plus solidaire. L’histoire proche s’en rappelle tragiquement aussi : plusieurs millions de tonnes de bombes qui touchaient indifféremment hommes, femmes et enfants, civils et soldats quand bien même ils trouvaient refuge au fond des grottes que leur offrait la montagne.                                                                                 

    Les tribus du nord

                                                                            

     

    A l’arrière-plan, on découvre l’étape première de produits qui quittent le Laos pour l’exportation : les forêts de teck et d’acajou, largement déboisées, les caoutchoucs destinés à la Chine, laquelle investit massivement dans des barrages pour y combler ses propres besoin en électricité, la rendant paradoxalement plus chère aux Laos eux-mêmes. On sent bien l’équilibre fragile entre un jardin d’Eden riche en faune et flore, dur mais généreux, et des voisins (Thaïlande, Yunnan/Chine, Vietnam) chacun quinze fois plus peuplés et déterminés à s'approprier la moindre portion disponible de ce pays magnifique mais toujours aussi vulnérable.

    Nous voyons le Laos comme il ne  sera sans doute plus dans 10 ans et l’on savoure ce privilège .

    Les tribus du nord

     

    We pursue our trip up North towards Muong Noy. Time travel it seems: a slow wooden boat takes us up the river, people searching gold on the river bed, others seeking weeds they will sell for a dime at the market, electricity provided by small rapids on the side of the river. From Muong Noy, we head inland for a four hour walk to minorities in a neighboring valley. Time stands still. Houses are so thin they are almost rebuilt after each monsoon. Far from “everything” as we define it, they have developed a deeper sense of togetherness and solidarity, cross-generational, that we have much to learn from.

                     

    In the background, deforestation continues, with teak and mahogany forests losing ground. Similarly, the river itself gets a fourth dam built that will provide extra electricity for China, but little more to Lao people. Sadly, we see the country change under the demographic pressure of its immediate neighbors and the investments that follow, some necessary and yielding positive impacts, some challenging the inner strengths, beauty or independence of Laos. We continue to enjoy its magic anyway and will soon walk you through Luang Prabang.

     

     

     

     

     


    5 commentaires
  • Partis de Vientiane, nous remontons vers le nord du Laos, avec Vang Vieng pour étape. Elle se révèle bien plus que cela.

    Van Vieng

    Vang Vieng

    On y rencontre Audrey, Léopoldine, Thibaut et Thomas venus de Paris traverser Laos et Viet Nam à vélo. Ils dorment souvent dans les temples dont les moines leur ouvrent leurs portes. Leur enthousiasme pour le Laos est contagieux.

    Van Vieng

    Vang Vieng a une réputation sulfureuse: rave parties avec sceaux d'alcool (littéralement) et DJs stupéfiés, sur ses rives d'ordinaire sereines. Derrière cette façade dont nous supposerons qu'elle n'est plus de notre âge (et pas encore de celle des enfants), nous découvrons une nature sublime.

     

    Van Vieng

    Des falaises verticales en pains de sucre abritent des grottes par dizaines en surplomb de la vallée.

    Quant au vert de la campagne, il est rehaussé par les étoffes colorées tissées dans les frêles cabanes de bois qui longent ses chemins.

    Van Vieng Van Vieng

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Régression collective: nous sillonnons Vang Vieng à bicyclette taille enfant,

    Van Vieng

    Van Vieng

     en essayant de se protéger de la poussière soulevée par les motos...

    Nous longeons ses montagnes dans une eau tiède... affalés dans des chambres à air pendant 3 heures ....(dure journée),

    Van Vieng

    l'enjambons par d'improbables ponts de bambou. On découvre aussi le fameux "lagon bleu". On pourrait prétendre qu'il est aussi désert que la photo d'Adelaïde en naïade, mais le zoom arrière est plus fidèle à la réalité et un peu plus effervescent.

    Van Vieng Van Vieng

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur le chemin du retour, on trouve la joie des enfants revenant de l'école

    Van Vieng

    et d'autres regards plus complexes de celles et ceux qui travaillant à la ferme sans doute plus souvent que dans leurs cahiers.

    Vang Vieng

    Notre hôtel s'est posé dans une rizière à même d'alimenter son restaurant en deux récoltes annuelles. Les montgolfières le survolent jusqu'à la tombée du jour.

    Van Vieng Van Vieng

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Elles laissent à nouveau place à la musique, aux fêtes en bordure de rivière, et à des lanternes de papier lancées dans le ciel avec leur brûleur tels des ballons de baudruche illuminant la nuit.

     

    Vang Vieng

    Belle étape donc, à laquelle succèdent huit heures de bus à flanc de montagne,avec un chauffeur un peu trop imbibé devant, des ravins vertigineux à gauche, et des freins qui surchauffent dessous, au point de casser dans les dix derniers mètres, sur le parking du terminal routier, le bien nommé! Merci à nos anges gardiens de n'avoir pas posté notre ultime blog dans la rubrique faits divers. A bientôt depuis Luang Prabang. Et merci de votre fidélité.

     Vang Vieng

     

    From Ventiane, we head North to Vang Vieng. The village is slowly transforming itself from a night/party place where alcohol and other substances prevailed, to a daytime outdoors town supported by booming tourism.

     

    We fall for its cliffs, riverbeds we enjoy in an inner tube, country side we ride through on kid sized bikes, and people of course, whose courtesy and smile never ceases to surprise us.

     

    Our hotel itself celebrates its lush surroundings: set over 3 acres of organic rice crops it uses for its own restaurant, it stands out on bright greens as a boat would over turquoise seas.

     

    We then continue our journey North to Luang Prabang, Laos’ gem, in a bus going over 4000 foot mountains and ravines with weak breaks, that fall apart in the last minute of an 8 hour trip! Many thanks to our guardian angels, and talk to you in a few days as and when we can find a good enough connection to do so.

     


    6 commentaires
  • Laos, Vientiane....Sabaidee

     Sabaidee. Bonjour en lao se prononce mieux avec un large sourire, apaisant, comme celui qui éclaire nombre de regards que nous croisons. Bienvenue à Vientiane, capitale du Laos. Bien qu’à une heure d’avion seulement de Hanoi, tout change : l’alphabet, proche du sanscrit, le climat, plus continental et chaud avec 28 degrés, les temples et pagodes, omniprésents , la place quotidienne du recueillement et de la célébration des anciens, la densité de population, cent fois inférieure à celle du Viet Nam voisin.

    Laos, Vientiane....SabaideeLaos, Vientiane....Sabaidee

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Enclavé entre ce dernier, la Chine, la Thaïlande, la Birmanie et le Cambodge, le Laos ne compte pas ses envahisseurs. La France en fut et les traces perdurent: le français restant langue nationale après le lao; l'architecture début XXème en témoigne tout autant.

    Laos, Vientiane....Sabaidee

     Politiquement, le communisme a pris racine même si l’administration américaine ne considère plus l’économie du Laos comme marxiste-léniniste depuis 6 ans. Avec le flux de capitaux qui en découle, cela amène le pays à un grand écart palpable entre la tentation matérialiste et ses marqueurs habituels, et une posture moins frénétique, plus sereine, centrée sur l’existence intérieure plus qu’extérieure.  

     Laos, Vientiane....SabaideeLaos, Vientiane....Sabaidee

     

     

     

     

     

    Laos, Vientiane....SabaideeLaos, Vientiane....Sabaidee

    Nos visites, à vélo et pied, se concentrent sur les temples et pagodes, dont la plupart furent rasés lors de la dernière incursion des Thaïs, puis reconstruits.

    Laos, Vientiane....Sabaidee

    Laos, Vientiane....Sabaidee Laos, Vientiane....Sabaidee

     

     

     

     

     

     Laos, Vientiane....Sabaidee

     

     

     

     

     

     

     Les moines sont très présents dans la vie publique et quotidienne. Les lieux de cultes, même récents, rivalisent de beauté, mélangeant les bouddhas par centaines aux fresques de couleur vive.

    Laos, Vientiane....Sabaidee

    Laos, Vientiane....Sabaidee

    Laos, Vientiane....SabaideeLaos, Vientiane....Sabaidee

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pathalan Luang, rencontré à notre hôtel,nous livre à ce propos quelques anecdotes :

    Laos, Vientiane....Sabaidee
     

    les gongs et tambours des temples non seulement appellent à la prière mais en temps de guerre ils servaient à mobiliser les troupes ; certains étaient ainsi placés sous des cascades pour que leur son démultiplié par le choc de l’eau laisse imaginer une armée plus grande qu’elle n’était. Quant aux bonzes, beaucoup le sont transitoirement, comme un rite initiatique, de passage ; ainsi entre 18 et 20 ans, nombreux sont ceux qui deviennent bonzes pour une semaine ou plus afin de rendre grâce à leurs parents de les avoir accompagnés  vers l'âge adulte. Ou plus tard pour prier un parent à la suite d'un décès. Beaucoup à apprendre de cette culture qui respire l'équilibre.

     Laos, Vientiane....SabaideeLaos, Vientiane....Sabaidee

    On a un coup de cœur pour nos premiers jours laotiens à Vientiane, d’où l’on s’offre 4 heures de bus vers Vang Vieng, superbe surprise dont on vous dira davantage dans le post suivant.

     

    Welcome to Vientiane, Laos’ capital. Just an hour flight from Hanoi and yet everything changes: the warmer climate, colorful temples and pagodas emerging every mile, the sanscrit alphabet, population density 100 times lower than that of Viet Nam. Laos is South East Asia’s most land-lock countries, which translated in repeated invasions.

     

    An officially communist country, it is no longer considered by the US administration as Marxist-Leninist since 2009, which unleashed massive foreign investments. As a result, the country is torn between the usual aspirations of mass consumerism and the traditional aspiration for spiritual well-being, in a sense, growing outside or inside oneself. An interesting tension that will surely see Laos change rapidly in the years to come, but in the meantime we enjoy Vientiane’s energy, its Bouddhas in every size and shape, its colors, its monks, whether monks for life or monks for a week when special occasions require extra praying or just thankfulness.

     

    A slower yet deeper lifestyle it seems, that appeases us and makes us want to discover more of Laos as we head North to Vang Vieng.       

     

    Francois

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires