• Après l'intensité de la ville, nous sommes ravis de poser nos sacs pour 5 jours à Hoi An, un charmant village au bord de l'eau. Ancien port, désormais ensablé, il garde les traces d'un riche passé marchand. Chinois, japonais et français s'y sont installés et les architectures 18ème des 4 pays s'entremêlent avec un charme fou.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Les soirées sont féériques, lorsque les milliers de lanternes s'illuminent. C'est certes très touristique, mais ça ne nous gène pas. L'hôtel nous prête des vélos et nous déambulons dans les ruelles sans nous lasser.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au programme, quelques jolies visites : des maisons chinoises en bois sombre avec leurs petites cours intérieures

     

     Le célèbre pont japonais

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     Les maisons Sino-Vietnamiennes et leurs autels dédiés à leurs ancêtres. Quelle belle tradition ! Nous décidons de réfléchir à recréer chez nous ( notre futur chez nous....) une forme d'espace dédié aux nôtres. Pour maintenir le lien...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les maisons communales chinoises, dédiées à diverses divinités 

    Des pagodes aux odeurs d'encens ...

    Nous profitons de notre joli hotel, jouons au billard (où Gab est devenu notre maître !). Calins, boulot, dodo...C'est bon

     

     

     

     

     

     

    A 15 minutes de vélo, nous découvrons l'immense plage de An Bang ou plus exactement "Hidden beach " à 500m de là. Déserte, avec juste quelques pécheurs qui ont intelligemment déposé deux chaises longues et un parasol...pour notre plus grand bonheur.


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Gabriel se sent une âme de constructeur Khmer !  Adé et moi faisons des concours de dessin, et François bouquine...

    Le ravissant village de Hoi an

    Le ravissant village de Hoi an

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     On a même essayé les coquilles st Jacques...pas forcément notre meilleure idée...mais finalement elles étaient fraiches et délicieuses.

    Au retour nous passons par Tra Que, un éco-village avec de jolis jardins de culture bio.


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le surlendemain nous retournons à la plage, celle de Cua Dai cette fois, et rentrons par les villages de pêcheurs, entourés de cocoteraies. Un moment paisible et loin de la foule.

    Nous ne quitterons pas Hoi an sans gouter le traditionnel plat local, le Cau Lao, un plat de nouilles et de porc délicieux. C'est Gabriel qui nous y incite, car il est toujours le premier à vouloir tester la nouveauté.

    Voici comment les nouilles cuisent : au soleil dans des paniers !

     Voici comment nous les dégustons: dans les restos de rue ou au marché.

    Le ravissant village de Hoi an Le ravissant village de Hoi an

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Nous quittons à regret ce village charmant . Nous nous souviendrons longtemps de nos soirées au bord de l'eau à la lumière des lanternes et des lampions. Il y avait même un guitariste qui jouait tous les soirs La lettre à Elise, c'est vous dire si c'était romantique !!!

      

     

    After the intensity of the city, we settled down for 5 days in Hoi An, a charming village by the river. It is an ancient port that keeps traces of a rich merchant past. Chinese, Japanese and French sailors settled there long ago and the architectures of these three countries intermingle with much charm.
    We visited superbe Chinese houses with their dark wood and their courtyards , a Japanese bridge reminiscent of Florence's Ponte-Vecchio, Sino-Vietnamese homes,
    Chinese communal houses, dedicated to various deities, and beautiful pagodas.


    A 15 minute bike ride away, we discovered the large An Bang Beach.
    Deserted, with just a few fishermen who cleverly installed two chairs and an umbrella ... to our delight.
    Gabriel felt like a Khmer architect !
    Ade and I drew, and François read the news ...
    We even dared eating scallops ... not necessarily our best idea ... but eventually they were fresh and delicious.
    Two days later we returned to the beach, the Cua Dai one this time, and returned through the fishing villages, surrounded by coconut groves.

    We could not leave Hoi An without trying the traditional local dish,  Cau Lao (read noodles with pork in a broth). It is Gabriel who urged us to try, as he is always the first one to want to test new meals.
    Here is how they cook the noodles: under the sun!

    We leave Hoi an with colorful memories and will long remember our evenings at the water's edge illuminated by lamps and lanterns.

     

     Fabienne 


    5 commentaires
  • Ho Chi Minh City, un passé lourd qui a vu se succéder de multiples envahisseurs (Chinois, Français, Japonais, Américains) et revendique d'être aujourd'hui la ville la plus multiculturelle du Viet Nam. A notre grande surprise, beaucoup continuent de l'appeler Saigon, sorte de refus affiché de l'autorité du Nord.

    Nous essayons en très peu de temps de comprendre la ville, et pour cela il nous a fallu faire une petite mise à jour de nos... cours de terminale!

    Pendant que les garçons travaillaient, les filles on fait une petite virée à Cholon, le quartier chinois. Installés ici les premiers, depuis le 18ème siècle, les sino-vietnamiens sont au cœur du commerce de la ville. Quasiment toutes les marchandises transitent par ce grand marché qui déborde et dont l'energie est étourdissante!

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

    Heureusement, nous retrouvons le calme dans quelques temples, chacun dédié à une guilde commerçante.

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?  Ho Chi Minh City ou Saigon ?

     

     

     

     

      

    Nous apprécions les rues larges et arborées du quartier français: sa cathédrale, sa poste dont la structure fut dessinée par Eiffel, et ses autres bâtiments d'architecture coloniale.

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

     

     

     

     

     

     

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

     

     

     

     

     

     

    Nous ne pouvons pas résister au plaisir de nous offrir un belle soirée à l'opéra, lui aussi fin XIXème: Ao, un spectacle monté par un jeune vietnamien issu du Cirque du Soleil, magique et poétique.... pour 10% du prix de la troupe canadienne; on ne va pas se priver!

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?Ho Chi Minh City ou Saigon ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

    Après le départ des Français, place aux Américains, dont les exactions (dans la continuité des nôtres) sont présentées au musée des vestiges de la guerre: un passage obligé pour expliquer tout cela aux enfants, et se remémorer les atrocités commises. Hôpitaux, écoles, infrastructures routières, barrages, patrimoine architectural, tout est redevenu poussière ou ramené cent ans en arrière. Des mutilations d'hier aux malformations d'aujourd'hui, la destruction laisse ses traces immuables; âmes sensibles s'abstenir, les photos sont difficiles à regarder.

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

    Nous visitons ensuite le Palais de la Réunification (entre le Nord et le Sud), ancien Palais Présidentiel, dont la prise en Avril 1975 est le 1er symbole de la victoire des Viet-Cong...et le début de 40 années de communisme.

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

     Superbe bâtiment des années 70, dont le mobilier et la déco sont restés intactes. Le précédent palais était colonial.

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?Ho Chi Minh City ou Saigon ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Au-dessus d'un bunker, centre de commandement militaire, des salles de réception grandioses.

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

     Cela correspond bien aux ambitions de Gabriel!

     Place ensuite au Saigon d'aujourd'hui, en plein essort. Des travaux gigantesques en plein centre sont réalisés pour créer un tram. De grands centres commerciaux sortent de terre. Toutes les marques de luxe sont là...une transformation qui va très vite. Ca pulse !

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     L'architecture contemporaine, matinée de style 50's.

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

    Des constructions étroites appelés immeubles tubes.

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?Ho Chi Minh City ou Saigon ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

    La capitale économique du pays combine aisément tradition et modernité. Mais attention aux travers :

    Cf. ci-contre les salons dits de "coiffure" qui ont pignon sur rue, et où les filles en micro-robe attendent le client pour un massage du cuir chevelu ou plus si affinité... 

     

     

     

     

     

     

    Ce mois-ci seront célébrés les 40 ans de libération du Viet Nam par les communistes, comme le crient ces panneaux omniprésents au graphisme et aux promesses d'une autre époque.

    Ho Chi Minh City ou Saigon ?

     

    Ho Chi Minh City, a city with a heavy past, which survived many invasions (Chinese, French, Japanese, American). It now claims to be the most multicultural city in Vietnam. Much to our surprise, many still call it Saigon, gently denying political control exercised from the North. The place vibrates as much as Hanoi, and rapidly adopts every sign of modernity.
    We try in a short amount of time to understand the city and refresh our history lessons, most of which was still blinded by mis-information that plagued the region during and after thirty years of wars after 1945.

    While the boys were working, Ade and I made a little trip to Cholon, the Chinese quarter. First settled here since the 18th century, the Sino-Vietnamese market is at the heart of the city. Almost all goods pass through its alleys.

    We appreciated the wide streets of the French Quarter: its cathedral, its post office designed by Eiffel, and other colonial architectural buildings.
    We could not resist the temptation to attend a nice show at the Opera: Ao, produced by a young Vietnamese choreographer formerly with Cirque du Soleil. Magical and poetic .... for 90% less than the latter!

    The Museum of War Remnants testifies of war at its worse (if there is war at its best), whether driven by French or American forces which followed. This was a must-see to explain to our chidren, not so much in search of 20/20 hindsight, but to understand responsibilities of nations which defend human rights yet operated orthogonally to them until photos and information surfaced that spoke louder than words. Most hospitals, schools, roads and energy plants were destroyed, and one can wonder how Viet Nam could now be the growth country it has become.

    We then visited the Reunification Palace, the former Presidential Palace, which was overtaken in April 1975 and is the first symbol of the victory of the Viet. It signals the beginning of 40 years of communism... and testifies of 70s architectural style.

    Saigon today?  A very energetic city: gigantic works in the center to create a tram, large shopping centers not dissimilar from any other in the US. All luxury brands are there and transformation continues at high speed, under a subttle mix of capitalism and communism which giant billboards keep alive.

     
     Fabienne
     

     


    2 commentaires
  • Nous poursuivons notre découverte du Vietnam, "pays de l’eau et des légendes", parcouru par le Fleuve Rouge au nord et le Mékong, littéralement "mère de tous les fleuves", au sud. Nous avons connu ce dernier étroit à Luang Prabang, déjà impressionnant à Vientiane, tenant Phnom Penh en respect; nous le retrouvons tentaculaire dans son delta.

    Le fertile delta du MekongLe fertile delta du Mekong 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On croise le long des rives de Can Tho les marchés flottants, d’où s’approvisionnent les commerçants qui rencontrent  les agriculteurs de la région, sorte de "Rungis River" où les semi-remorques font place à des embarcations usées jusqu’à la corde, débordant de vivres.

    Le fertile delta du Mekong

    Le fertile delta du Mekong

    On explore du Mékong l’un des milliers d’ilets improvisés dans ses méandres.

    Le fertile delta du MekongLe fertile delta du Mekong

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On y emprunte des  chemins de terre à vélo entre palmiers, tamarins et bougainvilliers, débouchant ici sur une halle aux poissons, grenouilles et autre gibier d’eau de toute taille, natures mortes ou pas encore,  la des enfants par dizaines, les pensées perdues dans leurs cerfs-volants de couleur, depuis le pont qui les relie à l’école. 

    Le fertile delta du MekongLe fertile delta du Mekong

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On jette l’ancre dans une auberge inespérée où nous apprenons à cuisiner les crêpes aux crevettes, soja et coco et pouvons tendre la main vers des fruits et des fleurs que ne renierait pas Gauguin.

    Le fertile delta du MekongLe fertile delta du Mekong

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le fertile delta du Mekong

    Le fertile delta du Mekong

    Le tout suivi d'un bain de pieds aux herbes médicinales aux vertus soporifiques.

    On se perd (parmi quelques touristes trop nombreux qui doivent en penser autant de nous) dans ses canaux encadrés par de larges palmes aux allures d'éventail.

    Petite histoire comme on les aime : "on" y oublie sur une chaise le sac contenant tous nos passeports...( Pas de délation, on s'est suffisamment énervés sur le moment! ) Gentillesse , Honnêteté des Vietnamiens ( du sud insiste la guide) , les restaurateurs passent dix coups de téléphone pour nous localiser et nous rendre le sac avant qu'il ne soit trop tard. Ouf !

    Le fertile delta du MekongLe fertile delta du Mekong

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On apprend du Mékong les caprices de la mousson qui engloutissent régulièrement ses abords pour ne les rendre que plus fertiles à la saison sèche. La multiplicité des barrages érigés par quatre pays en amont du Vietnam limite néanmoins progressivement ses crues en aval, presque trop nous dit la guide dont l’aversion pour les "gens du nord" est palpable à chaque commentaire.

    Le fertile delta du Mekong

    On observe ainsi avec fascination ce Vietnam sud en pleine transformation, dont le Mékong alimente le grenier à riz qu’il est devenu pour la région toute entière, Chine comprise.

    Nous remontons désormais vers l’hyperactive Saigon, pour les anciens, Ho Chi Minh City officiellement, dont nous vous parlerons bientôt.

                                                François

     

    We continue our discovery of Vietnam, the "land of water and legends," with the Mekong delta in the south , (Mekong literally  meaning "mother of all rivers"). We discovered it as a river in Luang Prabang, then growing in Vientiane, holding Phnom Penh in respect; we now find him sprawling in its delta.


    Along the banks of Can Tho, we visit floating markets, where traders meet farmers of the area, a sort of "wholesalers market" where semi-trailers make way for boats to the waste
    rope, overflowing with food.

    We explored one of the thousand islands in its meanders.
    We biked on dirt roads among palm trees, tamarinds and bougainvilleas, leading here on a fish market, frogs and other waterfowl of any size, there on a bridge with kids playing with their colorful kites. We dropped anchor in an unexpected hostel where we learned to cook pancakes with shrimps, soy and coconut and could reach out to delicious fruits and flowers. We got lost (among a few too many tourists who must think the same of us) in its small channels framed by large palms .

     
    We learned that whims of the Mekong during the monsoon engulf its surroundings every year to make the soil more fertile in the dry season. The multiplicity of dams and power stations by four upstream countries nevertheless gradually limits downstream flooding. And we wonder how
    the Mekong delta area, which has become the rice granary for the entire region, including China, will deal with it.

    South Vietnam's energy continues to be exhilirating, even more so as we approch Ho Chi Minh City, the former Saigon that will tell you more about soon.

     

     


    4 commentaires
  • Ne rien faire au bord d'une jolie plage....tel était l'objectif de notre semaine sur l'ile de Phu Quoc. Phu Quoc, petit paradis à l'extrémité Ouest du Vietnam, à quelques encablures du Cambodge (qui le revendique encore)  .

    Ile de Phu Quoc - Back to Vietnam

    Des kilomètres de sable blond, une petite guesthouse les pieds dans l'eau..une mer à 30°....le bonheur

    Ile de Phu Quoc - Back to Vietnam

    Ile de Phu Quoc - Back to Vietnam

    Ile de Phu Quoc - Back to Vietnam

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lecture, bain de soleil, baignades, re -lecture, re-bain, massage, re....Un rythme qui va bien

    Ile de Phu Quoc - Back to VietnamIle de Phu Quoc - Back to Vietnam

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un chouette moment, agrémenté de rencontres :Tiphaine et Mathieu, de Nantes, font aussi le tour du monde, avec leurs deux filles, Valentine 10 ans et Marguerite, 8 ans. Adé était aux anges ! Enfin des filles de son âge !

    Ile de Phu Quoc - Back to VietnamIle de Phu Quoc - Back to Vietnam

     

     

     

     

     

     

    Ile de Phu Quoc - Back to Vietnam

    Puis changement de décor , toujours à Phu Quoc, dans un joli hotel à quelques dixaines de km du premier. Autre paillote, autre plage...même programme !

    Ile de Phu Quoc - Back to Vietnam

    Ile de Phu Quoc - Back to Vietnam

    Ile de Phu Quoc - Back to Vietnam

    Ile de Phu Quoc - Back to VietnamIle de Phu Quoc - Back to Vietnam

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un petite virée de snorkeling en plus.. 

     

     Et d'autres rencontres tout aussi sympas: Charlotte et Stéphane, de Dunkerque, avec leurs filles, Léa, 14 ans, Lison, 11 ans, et une adorable petite Prune de 6 ans.

    Ile de Phu Quoc - Back to VietnamIle de Phu Quoc - Back to Vietnam

     

     

     

     

     

    Si vous voulez découvrir Phu Quoc, ne tardez pas, l'aéroport international est prêt, et partout sur la route intérieure, des palissades cachent des travaux gigantesques...dans le but de faire de Phu Quoc le nouveau Phuket de la région....

                                                          Fab

     

     

    Enjoying nothing but the beach .... was the aim of our week in Phu Quoc Island. Phu Quoc is a paradise at the South-Western end of Vietnam, not far from Cambodia (which still claims the island).

    Miles of golden sand, a small guesthouse right on the sea and a very warm water .... pure bliss.

    Reading, sunbathing, swimming, enjoying massages, a tough routine, besides school of course! We met Tiphaine and Mathieu who are also doing the same trip around the world with their two daughters, Valentine and Marguerite (10 and 8). Ade was in heaven as she finally met girls her age.


    We then moved to another place  a few miles away: another bungallow, another beach ... but still the same program!
    And other equally nice encounters: Charlotte and Stéphane with their daughters, Lea, 14, Lison, 12, and 6 year old Prune.


    If you want to discover Phu Quoc, do so quickly; the international airport is ready, and around the inner road, fences conceal gigantic works  that will soon transform Phu Quoc into the new Phuket of the region ... .Probably great business and development wise but very far from the dirt-road-backpackers heaven it was just three years ago.

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique